Le contexte

De nombreux instruments internationaux condamnent fermement les MGF en les qualifiant de violation des droits humains et violence sexiste. Pourtant, elles sont toujours pratiquées.

 

C'est dans ce contexte qu'est né le projet BEFORE:

500 000 *

Femmes et filles ont été

soumises à des MGF

dans l'UE

* Résolution du PE 2012/2684 (RSP)

180 000 *

Femmes et filles à risque dans l'UE

* Résolution du PE 2012/2684 (RSP)

+200 millions *

De femmes et de filles ont subi des MGF dans au moins 30 pays

* UNICEF

 

27

Pays de l'UE dans lesquels les MGF sont illégales. Pourtant, cela continue d'avoir d'être pratiqué

2011

La Convention d'Istanbul

reconnaît les MGF comme une violation des droits humains, une forme de violence sexiste et un obstacle majeur à la réalisation de l'égalité, et

appelle les signataires à criminaliser cette pratique

2012

L'Assemblée générale des Nations Unies

exige l'interdiction des MGF dans le monde entier avec la résolution 67/146

4

Résolutions du Parlement européen (2001, 2012, 2018, 2020) pour mettre fin aux MGF

Zéro

Base de données harmonisée sur la prévalence des MGF au niveau de l'UE