La prévention

Les membres des communautés pratiquant les MGF ont tendance à perpétuer la pratique afin de sauvegarder les traditions, leur identité et souvent en raison de la pression sociale. Cela se produit bien qu'ils soient confrontés à deux perspectives opposées: l'une venant de leur culture d'origine, où les MGF permettent aux filles d'être acceptées par la communauté et mariées, et l'autre venant de la culture du pays d'accueil, où les MGF sont considérées comme une violation grave des droits de l’homme et sont punies pénalement. La prévention doit reposer sur l'évolution des normes sociales et sur la modification de la perception des MGF en tant que pratique bénéfique pour les femmes et les filles, lorsqu'elles sont nocives pour leur santé physique et mentale.

 

 

La prévention des MGF dans les pays de l'UE a été menée en partenariat et en étroite coopération avec les OSC et les institutions. Elle s'est principalement concentrée sur la formation des parties prenantes concernées et sur les activités de sensibilisation auprès du grand public. Moins a été fait en ce qui concerne les communautés de migrants et les victimes ou victimes potentielles et leurs familles. L'éducation sur les MGF est exclusivement dispensée par des associations spécialisées, d'où la nécessité de rendre la formation et l'éducation plus systématiques, dans le cadre de programmes d'éducation et de formation systématique pour les professionnels de tous les secteurs susceptibles d'être impliqués dans les questions liées aux MGF.

 

 

ITALIE

 

En Italie, en 2009, des initiatives de prévention (documentaires, manuels) ont été financées par la loi 7/2006 et développées par les OSC. Elles visaient principalement à sensibiliser les membres des communautés pratiquant les MGF, à former d'autres OSC, les services sociaux et de santé, les établissements d'enseignement, les citoyens et les décideurs politiques sur les aspects sociaux et culturels des MGF. Les instruments de financement accompagnant la mise en œuvre de la loi constituent une bonne pratique, bien que l'allocation de ces fonds ait progressivement diminué au fil des années et que les instruments financiers devraient être révisés et améliorés.

 

 

 

BELGIQUE

 

En Belgique , les stratégies de prévention des MGF sont développées grâce à une large consultation impliquant les hôpitaux, les médecins, les services de jeunesse, la promotion de la santé des enfants, les forces de l'ordre, le gouvernement, etc. L'une des bonnes pratiques est représentée par les lignes directrices élaborées en 2011 par les OSC et financées par le ministère belge de la santé. Elles visent les professionnels travaillant avec les communautés susceptibles d'être affectées par les MGF (agents psychosociaux, professionnels des structures d'accueil, enseignants, avocats et police) pour mieux les informer sur cette pratique et les aider à apporter un soutien plus efficace aux familles, un soutien psychologique et les former à suivre les procédures de référence appropriées.

 

 

 

FRANCE

 

En France , bien que le financement soit assuré par les autorités régionales et locales, les programmes de prévention des MGF reposent principalement sur les OSC. Au début des années 90, un dépliant contenant des informations sur les dispositions légales nationales contre les MGF, élaboré conjointement par les OSC et le Service de protection maternelle et infantile, a été largement diffusé et mis à jour au fil des années. Il a également été adapté, publié et distribué dans d'autres pays, dont la Belgique. Les agences gouvernementales ont été impliquées dans la campagne de prévention et des directives spécifiques ont été élaborées pour les professionnels de santé susceptibles de rencontrer des cas de MGF.